CHOISIR UN PAYS

L’ECONOMIE
SOCIALE
ET SOLIDAIRE
DANS LE MONDE

Secteur en pleine évolution et à la pointe de l’innovation sociale, l’ESS est un outil de développement durable et elle apparaît comme une alternative aux défis posés par les différentes crises économiques, environnementales, morales et sociales, que ce soit dans les pays développés comme dans les pays en développement. A travers le monde, les pratiques économiques sont différentes en fonction des cultures et des pratiques sociales. Aussi, les lois qui régissent ce secteur sont variables selon le lieu où l’on se trouve, mais le cœur même de l’ESS reste-t-il inchangé ? Et certaines pratiques sont-elles partagées ?

Aujourd’hui l’ESS regroupe une multitude de structures de nature très hétérogènes, réunissant des acteurs comme les associations, les coopératives, les fondations, les mutuelles, mais aussi de nouvelles structures, sociétés commerciales qui poursuivent un objectif d’utilité sociale.

Selon les pays et les lois mises en place, les définitions varient. Aussi au Royaume-Uni, on parle de « third sector », secteur qui inclue le volontariat et les « social business » contrairement à la définition que la France a pu donner de l’ESS.  En Europe, plusieurs pays ont d’ores et déjà leur propre loi concernant l’ESS, comme le Portugal, l’Espagne ou encore la Belgique. La France a suivi le mouvement en mettant en place la loi du 31 juillet 2014, portée par Benoit Hamon.

Mais au-delà de ces différences, la prise en compte de l’économie sociale a nettement progressé dans les politiques européennes, et le pouvoir politique s’y intéresse de près et cherche régulièrement à créer un environnement favorable à son expansion.

C’est dans ce contexte que s’inscrit le projet  « Eurasia pour l’entrepreunariat des jeunes et l’économie sociale et solidaire » : découvrir l’entrepreneuriat social et ses pratiques innovantes aux quatre coins du monde, à l’aide d’exemples concrets !

Mettre en lumière les initiatives de jeunes porteurs de projets sociaux dans le monde, c’est contribuer à la démultiplication d’initiatives sociales en inspirant les jeunes qui voudraient passer à l’action. C’est donc également à terme combattre le chômage en Europe comme en Asie à l’aide de l’entrepreneuriat social, un outil plein de possibilités pour un développement économique durable.