Témoignages – Nos volontaires Emma Blanchard et Melissa Cleuet en Service Civique au Japon

Mon nom est Emma Blanchard, avec Melissa Cleuet nous sommes en Service Civique au coté de l’AFJ (Association des Français du Japon) depuis début Octobre 2018.

Cela fait maintenant un peu plus de deux mois que nous avons débarqué à Tokyo.

La ville est immense et n’en finit pas, elle s’étend jusqu’à la mer vers Kamakura, c’est une coalition de quartiers où poussent des grattes ciels de verre ou des champs de petites maisons traditionnelles.

Nous vivons dans deux quartiers différents. La sharehouse de Roxanne se trouve dans Yutenji, un quartier résidentiels aux maisons basses et espacées mais à une petite distance de Naka Meguro, un nouveau mini centre animé.

Moi, j’ai trouvé une colocation entre Akasaka et Aoyama. C’est un appartement cosy dans un quartier près de Shibuya où se côtoient tours immenses, résidences basses et qui abritent un nombre étonnamment élevé de salons de toilettages et garderies pour chiens. Bien que sans grand charme, mon quartier me permet grâce à sa centralité de me déplacer à peu près partout en vélo. Cela me plait beaucoup, c’est ma manière préférée de découvrir Tokyo.

Au niveau de l’association nous avons déjà participé à l’organisation de deux événements, le Beaujolais Nouveaux et l’Arbre de Noël. Notre rôle principal est de démarcher des sponsors pour nous aider à financer et organiser les activités de l’association. Nous avons aussi commencé à soumettre des idées et un plan concernant le grand gala de début avril. Nous avons eu la chance ainsi de visiter des hôtels prestigieux et choisi l’hôtel Gajoen bâti autour d’une ancienne maison de samouraï. Nous travaillons en grande partie de manière indépendante Melissa et moi ce qui a permis de nous rapprocher et de devenir une micro team. Nous avons généralement un meeting ou rencontre par semaine avec la vice présidente de l’association et quelques autres membres mais sinon nous travaillons dans des cafés ou mon salon.

J’ai parfois l’impression que Tokyo est une ville tellement grande qu’elle pourrait nous avaler. S’intégrer dans cet océan humain est plutôt compliqué. J’ai eu la chance de trouver un bon capitaine. Ma colocataire japonaise Rinaco, m’a faite me sentir à l’aise dès mon arrivée et j’ai ainsi pu créer un “chez moi” aussi avec mon autre colocataire Maya, une étudiante américaine en cuisine japonaise.

J’ai maintenant l’impression que nous avons vraiment passé nos premières semaines à découvrir Tokyo et le Japon à travers la nourriture. Chaque voyage dans une supérette ou Konbini prenait au moins une demi-heure, le temps de choisir quel onigiri, quel thé froid, quel gâteau bizarre parce que tout était étranger et tout était magique, même les poissons séchés sous vide. Mon premier soir, j’ai goûté aux meilleurs sushis de ma vie, dans un petit restaurant caché de Shibuya où peut être 12 personnes peuvent s’asseoir; le poisson le plus frais du monde.

Puis il y a eu tout les mochis, dangos et taiyaki (gaufre en forme de poisson fourrée à la pâte de haricot rouge) que je n’ai pas pu m’arrêter de dévorer quand avec Maya nous sommes allée dans le quartier traditionnels des Temples d’Asakusa. Je n’ai pas mangé une seule fois la même chose pendant deux semaines, ramen, soba, yakitori, udon, katsu, tempura, oyakodon, nabe, hot pot, okonomiyaki, sashimi, chirashi, miso et des poissons dont  j’ignorais l’existence.

Nous avons petit à petit appris à connaître Tokyo, pas encore très bien mais avec chaque quartier visité, nous dessinons notre carte de la ville, à qui il reste pas mal de trous. J’aime particulièrement Shimote Kazawa, un quartier un peu excentré aux bars cachés dans les immeubles, festivals de musique, vendeurs ambulants et aux friperies stylées. Nous sommes allées pour la première fois à Koenji pour l’anniversaire de Melissa, ça nous a conquis. C’est un quartier plus populaire, avec plus de ciel bleu et plus de bruit que les autres. Les nuits à Shibuya sont toujours impressionnantes même si ça fait 20 fois qu’on passe ce passage piéton bondé et qu’on connaît les lumières et les néons par cœur. Nous avons un nouvel objectif sortir de Tokyo une fois par semaine au moins. J’ai déjà visité les plages et les temples de Kamakura et nous avons fait une randonnée dans la forêt la semaine dernière au Mont Takao. Mais les transports sont chers, donc comme pour les rencontres et en général la vie ici; cela prendra du temps.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »
HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com