Témoignage – Magandang Philippines

Les belles Philippines

Je m’appelle Marie, j’ai 20 ans et j’ai débuté mon service civique il y a un mois et demi à Manille. 

C’est la première fois que je me rends en Asie, et je découvre tout avec un regard neuf. Tout est plus vert, plus luxuriant, bien souvent plus lent et plus bruyant aussi ! Pour l’instant la vie semble acquérir cette intensité caractéristique des lieux où tout est nouveau.  Je découvre avec étonnement les tricycles, ces motos à side-car qui servent de taxis pour quelques pesos et sur de courtes distances. ; Les bus aussi, où il m’arrive plus souvent de descendre et de monter en marche dans le trafic survolté de la capitale ! Tout est si contrasté ici : les quartiers fermés et protégés, si proches des bidonvilles où règne une misère noire, la beauté d’un paysage face aux ordures accumulées un peu plus loin…

Malgré tout, ce qui marque le plus, tous les jours c’est la générosité du peuple philippin. Par la taille, la couleur des cheveux, des yeux et de la peau, on ressort invariablement là où l’on vit au quotidien, ce qui amène invariablement des échanges de regards curieux, des questions et même des discussions ! Tous ceux que je croise dans les bus, la rue ou encore les jeunes gens de l’association sont prompts à accueillir, guider, expliquer, aider et offrent par-dessus tout des sourires lumineux même quand on ne fait que se croiser. 

A Manille, dans le quartier de Quezon City, je découvre ma mission au sein de l’association ACAY. Fondée il y a une vingtaine d’année, elle est composée de trois programmes très riches : l’école de vie, qui accueille des jeunes filles victimes de maltraitance, abandon ou abus. Le programme seconde chance, qui accompagne les jeunes hommes dans les prisons, et enfin le programme des Familles, qui cherche à reconstruire les liens parentaux et aider les parents à mieux accompagner leurs enfants. 

Chacun des jeunes des programmes est touchant à sa manière, et chacun est porteur d’une leçon de vie parfois déroutante. Concrètement pour l’école de vie, les filles y vivent jusqu’à deux ans, et c’est l’occasion de tisser de très beaux liens ! Je m’occupe de tout ce qui a trait à leur formation scolaire par exemple leurs difficultés scolaires ou le suivi avec leurs professeurs. Chacune a ses rêves, et a bien conscience que l’école est une chance pour leur permettre de les réaliser. 

Pour les jeunes mineurs en détention, nous avons monté un programme court de quelques mois, pour améliorer leur anglais, ainsi que leur donner quelques outils pour prendre des décisions à leur sortie du centre.  Chacun d’entre eux partage son désir d’être libre et de chercher à mener une vie meilleure. 

Ils m’offrent bien plus par leurs sourires, leur motivation et simplement par le témoignage de la vie qu’ils ont vécu et leur volonté de s’en sortir, que par les maigres choses sur lesquels je peux leur apporter mon aide. 

Dans quelques mois, mon prochain article sera écrit depuis la France. J’ai en effet choisi de ne pas effectuer la totalité de mon service civique à l’étranger, pour découvrir comment le don, et justement le service, pouvaient s’effectuer aussi dans notre pays ! 

Ingat (Prenez soin de vous) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »
HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com